Hifadhi-Livelihoods

Location: Kenya
Le nom « hifadhi » signifie « préserver » en swahili. Ce projet de compensation vise à préserver les forêts du Kenya ainsi que la santé et les moyens de subsistance économiques de ses communautés rurales.

Résumé du projet

Le nom « hifadhi » signifie « préserver » en swahili.

Les milieux ruraux kenyans ont un accès à l’énergie très limité, et se retrouvent ainsi dépendants du bois provenant des forêts locales. Le Kenya perd 50,000 hectares de forêt par an : elles ne couvrent désormais plus que 7,8% du pays.

Le projet Hifadhi-Livelihoods est développé et financé par le Livelihoods Fund, en partenariat avec EcoAct et sa filiale Climate Pal.

Ce projet, certifié Gold Standard, permet de fournir aux familles pauvres du comté d’Embu des foyers améliorés qui consomment moins de bois, émettent moins de fumée, et qui sont robustes et abordables. Ainsi, l’impact du projet est à la fois environnemental, social et économique.

Certifié par

Alignement sur les Objectifs de développement durable

ODD 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge.

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que la fumée inhalée par les foyers traditionnels équivaut à fumer 2 paquets de cigarettes par jour. 97% des bénéficiaires du projet profite d’une meilleure qualité intérieure de l’air, ce qui réduit les maladies respiratoires.

ODD 13 : Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts

Le projet permet d’économiser plus de 174 000 tCO2e par an, contribuant ainsi à la lutte vitale contre le changement climatique. La réduction de la déforestation et le programme de plantation d’arbres permettent de préserver les puits de carbone essentiels au Kenya.

ODD 15 : Protéger la vie sur terre

Le financement initial fourni par le Livelihoods Carbon Fund à EcoAct et à Climate Pal est également utilisé pour des activités de reboisement dans la région en fournissant aux communautés des semis pour faire pousser des arbres. Cela aide la fragile sylviculture kenyane à se redresser, sensibilise les populations locales à l’importance de leurs forêts et fournit même aux familles des revenus et une source durable de bois.

Les résultats

  • Les foyers améliorés nécessitent 60% de bois en moins en comparaison aux méthodes de cuisson traditionnelles.
  • Cela permet pour les populations de gagner du temps sur la collecte de bois, notamment pour les femmes et les enfants, qui y passent désormais de 12 à 5 heures en moins par semaine.
  • Le projet a permis de réduire à l’heure actuelle plus de 174 000 tCO2 e par an.
  • L’impact sur la santé des ménages est significatif dans la mesure où la fumée dégagée par le foyer amélioré est beaucoup moins importante en comparaison aux méthodes traditionnelles de cuisson.
  • 30 artisans locaux ont été formés à la production des foyers améliorés.
  • Environ 24 responsables opérationnels locaux ont été recrutés pour les besoins du projet.

Parlez à un expert aujourd'hui

33 (0) 1 83 64 08 70
Renseignez-vous en ligne