Biogaz en Vietnam

Location: Vietnam
Ce projet permet aux familles partout au Vietnam d'utiliser les déchets animaux et humains pour produire de l'énergie propre et durable.

Résumé du projet

Ce projet, certifié par le Gold Standard, permet aux familles vietnamiennes de générer une énergie propre à partir de déchets. En effet, le Vietnam fait face à des difficultés importantes en matière de gestion de déchets, ce qui a des conséquences néfastes pour la santé des populations et l’environnement.

Le programme forme des travailleurs locaux à la construction et à la maintenance de digesteurs de biogaz, qui fournissent aux communautés rurales une énergie propre et abordable en utilisant des déchets qui, autrement, resteraient non traités.

Certifié par

Alignement sur les Objectifs de développement durable

ODD 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge

Le biogaz étant un carburant à combustion propre, la pollution intérieure est considérablement réduite par rapport aux méthodes de cuisson traditionnelles. De nombreux agriculteurs ont loué l’amélioration des conditions sanitaires de leurs chantiers, car les digesteurs utilisent des déchets humains et animaux qui, autrement, resteraient non traités.

ODD 7 : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable

Le projet contribue à donner l’accès à l’énergie dans les communautés rurales vietnamiennes en permettant aux familles de bénéficier d’une énergie propre et abordable à partir d’une ressource renouvelable.

ODD 13 : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions

Le projet empêche, chaque année, plus d’un demi-million de tonnes de CO2 d’entrer dans l’atmosphère. De plus, une dépendance moindre du bois de chauffage signifie que de vastes étendues de forêt, qui sont de précieux puits de carbone, ont été préservées.

Les résultats

  • 790 000 bénéficiaires sur 45 provinces.
  • 6 kg de bois de chauffage économisés par jour.
  • 18 000 hectares de forêt préservés.
  • 1,5 à 2 heures de travail économisées chaque jour pour les femmes.
  • 2 600 habitants locaux formés en tant que maçons et techniciens.
  • Les restes riches en nutriments à la sortie des digesteurs peuvent être utilisées en tant que l’engrais pour les cultures.
  • Problème de déchets non traités résolu pour ces communautés.

Parlez à un expert aujourd'hui

33 (0) 1 83 64 08 70
Renseignez-vous en ligne