Reporting climat : quelles sont les tendances des dernières années sur la performance des entreprises ?

Publié 17th septembre 2020 par Amandine Durupt

This post is also available in: En (En)

teasing article tendances reporting climat

La quatrième édition de notre rapport sur la performance en matière de reporting climat des entreprises du CAC 40 sera publiée et présentée le 23 septembre prochain. Pour vous donner un avant-goût de son contenu, nous avons fait le point sur les grandes tendances identifiées ces dernières années en matière de reporting climat et de leadership des entreprises dans la prise en compte des enjeux liés au développement durable.

Il est encore temps, en cette année 2020, d’apporter les changements nécessaires pour limiter les impacts les plus catastrophiques du changement climatique selon le rapport du GIEC sur l’urgence de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, par rapport à son niveau préindutriel. Au cours de la dernière décennie, nous avons assisté à une multiplication des catastrophes naturelles intrinsèquement liées au réchauffement climatique, (inondations, feux de forêt, sécheresses, ouragans, cyclones, etc.). Nous assistons également à une aggravation de ses effets sur le secteur agricole, sur la qualité de l’air et sur la dégradation écologique, ainsi que sur la manière dont cela impacte la biodiversité et les communautés.

Il faut saluer dans ce contexte l’intensification des actions en faveur du climat de la part des entreprises. De nombreuses organisations ont intégré spontanément l’action climatique comme un enjeu crucial pour leur business model. D’autres l’ont aussi fait en réaction à la pression croissante des consommateurs, des actionnaires et d’autres parties prenantes, tandis que les gouvernements prennent des engagements en matière de réduction des émissions et d’objectif de neutralité carbone ou de zéro émission nette.

Les recherches de cette année ont été faites pendant la crise du COVID-19 qui a fait de 2020 une année sans précédent. Sous l’angle du changement climatique, nous nous trouvons au croisement de décisions fortes : nécessité d’une relance verte d’un côté, et phénomène de « revenge pollution » de l’autre. Les conséquences de la pandémie ne sont pas encore identifiables dans les documents étudiés pour notre étude 2020, mais il est évident de considérer que cette crise sanitaire aura un effet sans précédent et pourrait influencer la prise en compte du changement climatique dans les décisions économiques et climatiques à l’avenir.

A propos de notre étude annuelle sur le reporting climat

Chaque année, nous effectuons des recherches sur les données publiques des entreprises de quatre grands indices mondiaux : le FTSE 100, le CAC 40, l’IBEX 35 et le DOW 30, qui couvrent respectivement le Royaume-Uni, la France, l’Espagne et les États-Unis. Nous établissons des critères de notation, qui nous permettent de comparer certaines des plus grandes entreprises du monde, de voir comment elles agissent, se positionnent sur les questions de durabilité liées au climat et communiquent sur leurs actions en la matière.

Le fait de fonder nos recherches uniquement sur les informations publiquement accessibles à tout tiers intéressé reflète l’importance pour les organisations d’être transparentes sur leurs actions en matière de climat, en particulier pour mieux répondre aux attentes du grand public, des investisseurs et des gouvernements.

Quelles sont les nouveautés de notre méthodologie cette année ?

Chaque année, notre grille d’analyse est revue afin de tenir compte de l’évolution des meilleures pratiques ainsi que de l’urgence croissante de la crise climatique tout en conservant la possibilité d’établir des comparaisons d’une année sur l’autre.

Les critères ne sont pas seulement révisés, ils sont également plus divers et exigeants d’année en année, à mesure que les actions climat se déploient et que les cadres de reporting évoluent. Voici quelques-unes des principales mises à jour qui montrent l’orientation des rapports 2020 :

  • En France, le cap fixé par le gouvernement vers la neutralité carbone à l’horizon 2050, (loi énergie-climat promulguée en novembre 2019), engage et encourage les entreprises à évoluer. L’établissement d’une trajectoire zéro émission nette et/ou vers la neutralité carbone, une définition claire du concept et un plan d’action concret pour atteindre cet objectif sont désormais valorisés.
  • Pour la première fois de l’histoire, le Forum économique mondial a annoncé au début de l’année que les cinq risques les plus importants qui pèsent sur les organisations sont tous liés au changement climatique et à l’environnement, d’où l’importance pour les entreprises de les prendre en compte dans leur stratégie. Le seul engagement à s’aligner sur les recommandations de la TCFD n’est plus valable cette année. Nous nous sommes attachés à regarder si les entreprises étaient réellement alignées sur ces recommandations et si elles donnaient des preuves dans la mise en œuvre de leurs actions et stratégies.
  • Un levier important de l’action climatique des entreprises est la définition d’objectifs et d’engagements publics. Il est important que ces objectifs soient basés sur la science climatique, comme définie par l’initiative SBT (Science-based target) et qu’ils soient ambitieux, s’alignant sur l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C ou nettement en dessous de 2 °C comme proposé par le l’accord de Paris. La définition d’un objectif non-aligné sur cette initiative est désormais moins valorisée dans notre notation, (qui plus est si celui-ci est validé par l’initiative SBT).

Quels sont les secteurs les plus performants au niveau mondial ?

Depuis quelques années, trois secteurs d’activité prouvent leurs avancées en matière d’engagement climatique :

  • Le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) est un des leaders car le changement climatique représente une réelle opportunité pour ses activités. En 2019, 92 % des entreprises du secteur travaillaient au développement de solutions vertes et de produits à haute efficacité énergétique. Nos recherches sur ce secteur très énergivore, ont mis en évidence l’utilisation massive de l’électricité renouvelable, mais également une marge de progression concernant la prise en compte par les entreprises des émissions de leur chaîne logistique et d’approvisionnement dans leurs stratégies de réductions.
  • En progression d’année en année, le secteur de l’eau, l’énergie et l’environnement démontrait l’année dernière un engagement plus important en faveur de la neutralité carbone (66 % des entreprises du secteur). Exemplaires en matière de produits bas-carbone, les entreprises du secteur étaient nombreuses (79 %) à s’aligner sur les recommandations de la TCFD. Deux entreprises de ce secteur figuraient d’ailleurs parmi le top 10 mondial en 2019 : Acciona et Iberdrola.
  • Les entreprises du secteur des biens de grande consommation font l’objet d’une surveillance accrue de la part des consommateurs et des groupes environnementaux. Pour notre étude 2020, nous nous sommes penchés sur les tendances et évolutions au sein de ce secteur, souvent en pointe sur les critères d’engagement et d’innovation.
  • En retard par rapport aux autres secteurs, le secteur financier a petit à petit intégré les enjeux du développement durable pour devenir un des secteurs leaders en la matière, notamment via la prise en compte du risque climatique dans les portefeuilles d’investissement et via le financement de projets d’énergies renouvelables à travers les obligations vertes (green bonds). En 2020, nous attendons une implication plus importante des institutions financières et des banques dans la lutte contre le changement climatique.

Quelles sont les tendances des dernières années au sein du CAC 40 ?

L’engagement en faveur du climat est de plus en plus perceptible au sein du CAC 40. De grandes tendances émergent parmi les meilleures pratiques.

En effet, les bons élèves démontrent leur engagement climatique d’année en année en utilisant les cadres de reporting et les solutions bas-carbone qui leur sont proposés. Ainsi, on peut citer l’alignement croissant des entreprises aux recommandations de la TCFD (Taskforce on Climate-related Financial Disclosures) qui encouragent les entreprises à faire état des risques et des opportunités liés au changement climatique afin de mettre en œuvre des stratégies pour les atténuer.

Pour preuve de leur volonté à réduire leurs émissions de CO2, les entreprises définissent des objectifs de réduction. 83 % des sociétés du CAC 40 ont établi des objectifs de réduction en 2019, de plus en plus approuvés par la Science-based target initiative (SBTi). Autre tendance positive, les objectifs de réduction incluaient majoritairement les émissions du Scope 3.

Enfin, en 2019 les entreprises peinaient à prendre des engagements envers la neutralité carbone ou zéro émission nette avec seulement 22,5 % du CAC 40 engagées. En 2020, nombreuses ont été les déclarations des entreprises pour prendre cette trajectoire de réduction des émissions et nous nous attendons donc à une hausse significative du nombre d’entreprises engagées.

Plus généralement, en ce qui concerne l’étude du CAC 40, en 2019 le résultat moyen était de 61 % ce qui plaçait l’indice boursier français à la première place parmi les indices analysés. Réussira-t-il à maintenir son classement en 2020 ?

Découvrez notre étude dans sa globalité et les enseignements tirés

Cette année, notre étude souligne, une fois de plus, l’engagement grandissant des entreprises en faveur du climat qui continuent à être plus performantes chaque année. Nombreuses sont les entreprises à identifier la transition vers une économie bas-carbone comme une opportunité, créatrice de valeur.

2020 est un tournant dans l’action en faveur du climat et nombreuses sont les initiatives qui laissent à croire que pour surmonter la crise du COVID-19 la relance devra être verte.

Tous les résultats de notre étude sur la performance des entreprises en matière de reporting climat seront dévoilés le mercredi 23 septembre lors de nos webinaires. Vous y découvrirez le top 10, les principaux enseignements et bonnes pratiques identifiées et nous donnerons un aperçu de la marge de progression dont les entreprises bénéficient pour être leaders de l’action climatique.

Télécharger notre Rapport

Nous sommes ravis de vous présenter aujourd’hui l’édition 2019 de notre rapport annuel : Performance en matière de reporting climat : où en sont les entreprises du CAC 40.

Pour la neuvième année consécutive, nous avons analysé la performance en matière de reporting et de transparence sur la stratégie climat de certaines des plus grandes entreprises au monde. Découvrez ses résultats.

Télécharger maintenant