Auteure : Victoire Bonnet

Le 1erjuillet prochain, la limitation de la vitesse à 80 km/h s’appliquera à l’ensemble des routes secondaires du réseau français actuellement limitées à 90 km/h, soit 400 000 kilomètres de routes nationales et départementales. L’objectif principal de cette mesure gouvernementale est de réduire le taux de mortalité sur les routes et de sauver de 200 à 400 vies par an, selon les experts du CNRS. Alors que la majorité des débats se concentre actuellement sur la sécurité des automobilistes et sur le coût de cette mesure pour la collectivité, nous nous sommes interrogés sur l’impact de cette mesure pour l’environnement.

Limitation de la vitesse à 80 km/h : 1 millions de tonnes CO2 évitées chaque année

Selon l’étude menée par le SETRA (Service d’Etudes sur les Transports, les Routes et leurs Aménagements), la diminution de la vitesse de 90 à 80 km/h appliquée aux véhicules légers permettrait de diminuer[1] :

  • D’environ 9g/km les émissions de CO2
  • D’environ 0,03g/km les émissions de NOX à 0,05g/km
  • D’environ 0,001g/km les émissions de Particules fines[2] à 0,002g/km

En France, en 2016, 600 milliards de kilomètres ont été parcourus par l’ensemble des véhicules sur les réseaux routier et autoroutier. En retirant la part liée à la circulation des poids lourds (ceux-ci étant déjà limités à 80 km/h et non impactés par la mesure), et une partie du trafic réalisé sur les routes limitées à 70 km/h et moins[3], on peut estimer à 180 milliards de véhicules.km la circulation routière impactée par la mesure.

Ces calculs nous permettent d’estimer une économie annuelle de l’ordre de :

  • 1 millions de tonnes CO2
  • Entre 5 et 9 millions de kg de NOX
  • Entre 0,2 et 0,4 millions de kg de Particules fines

La quantité d’émissions de CO2 évitées par cette mesure correspondent à :

  •  100 000 tours de la Terre en voiture
  • 600 000 Allers-retours Paris-New-York en avion

Limitation de la vitesse à 80km/h : des économies pour les foyers

En prenant comme hypothèse qu’un foyer français parcourt en moyenne 20 000 km par an, soit 6000 km sur les routes soumises à la mesure selon la méthode proposées ci-dessus, et en considérant que la combustion d’un litre de carburant émet 2,3 kgCO2[4] dans l’atmosphère, les économies de carburant annuelles pour un foyer s’élèvent à 20 litres.

Avec un prix du carburant actuel d’environ 1,5€/litre, cette mesure si elle est bien respectée par les automobilistes, pourrait leur faire économiser jusqu’à 30€ par an.

Limitation de la vitesse à 80 km/h : une mesure positive mais insuffisante

La limitation de la vitesse à 80 km/h permettra certes de diminuer les émissions de polluants, mais ne sera pas, à elle seule, suffisante. Les réductions d’émissions liées à cette mesure correspondent en effet à 1 % de l’ensemble des émissions liées au trafic routier (2016), tandis que la Stratégie Nationale Bas-Carbone de la France vise à réduire de 70% les émissions de gaz à effet de serre du transport d’ici 2050.

Pour y parvenir, d’autres leviers d’action existent :

  • Promouvoir les véhicules bas-carbone, hybrides, électriques ou à hydrogène
  • Développer les mobilités douces (marche, vélo, etc.) et partagées
  • Optimiser les déplacements en développant le télétravail, les événements en visio-conférence, etc.
  • Repenser l’aménagement du territoire pour rapprocher lieux de vie et de travail

Car la France vise, depuis son Plan Climat présenté en juillet 2017, la neutralité carbone. Alors que la France présente un mix énergétique peu dépendant des énergies fossiles, la réduction des émissions liées au transport sera un élément clé de la réussite de ce Plan.

Pour en savoir plus sur la réduction des émissions carbone à l’échelle de votre organisation et connaître la marche à suivre pour atteindre la neutralité carbone, téléchargez notre eBook.

[1] Les fourchettes données pour les NOX et PM correspondent aux variations observées entre les émissions moyennes du parc de véhicules en 2015 et en 2020
[2] PM10 et PM2 .5 : particules de diamètre inférieur à 10 microns et particules de diamètre inférieur à 2,5 microns
[3] Estimé à 50% à dire d’expert
[4] Source : Base Carbone. Facteur d’émission moyen d’un litre de carburant (moyenne essence/gazole) en phase de combustion.

 

Share This