Les étapes clés pour une meilleure gestion de l’énergie

This post is also available in: En (En)

gestion de l'énergie

Soyons honnêtes, la gestion de l’énergie ne fait pas rêver. Ce n’est pas un projet d’entreprise qui fera la une des journaux et qui vous vaudra tous les éloges. Pourtant, il existe plusieurs avantages à en tirer. A moins que vous ne viviez et ne travailliez dans un endroit hors réseau et autonome, il y a de fortes chances que vous utilisiez de l’électricité au quotidien et que vous puissiez trouver des moyens d’en utiliser (et de payer) moins.

Comparer les prix : est-ce suffisant ?

Il est naturel de penser que la première étape pour réduire votre facture d’électricité est de regarder votre contrat et de chercher un fournisseur qui offre le prix le plus bas. En effet, il faut en tenir compte, mais il est important de comprendre que le prix de la fourniture d’énergie qui peut être négocié avec le fournisseur est inférieur à 40 % du prix global que vous paierez. La majeure partie du prix (57 % en 2020) est constituée de frais de transport et de distribution, ainsi que de taxes et d’impôts gouvernementaux (voir Figure 1). Ces frais ou charges s’appliquent à tous les utilisateurs d’énergie et ne peuvent être négociés. Ainsi, alors que le prix de gros de l’énergie fluctue, les prix de détail globaux ont constamment augmenté au cours des deux dernières décennies.

Les étapes clés pour une meilleure gestion de l'énergie

Figure 1 – https://prix-elec.com/tarifs/electricite/decomposition

Les coûts liés à l’acheminement, aux taxes et aux contributions sont fixes et non négociables, mais la plupart d’entre eux sont appliqués sous la forme d’un prix >>par kWh>>. Il est donc important de veiller à ce que le volume de consommation dont vous dépendez soit réduit au minimum.

Gestion de l’énergie et conformité législative

Ces dernières années, à mesure que les consommateurs prennent peu à peu conscience des conséquences du changement climatique, les gouvernements ont introduit de plus en plus de législation en faveur de l’efficacité énergétique. Il est important de suivre les dernières directives à respecter. Toutefois, vous y conformer peut être complexe et chronophage, surtout si vous ne disposez pas d’une bonne base pour gérer l’énergie au sein de votre organisation.

Vous trouverez ci-dessous un bref résumé de certains des dispositifs obligatoires et volontaires liés à l’énergie, qui nécessitent une gestion complète des données.

DispositifPoints clés
Norme ISO 50001 (volontaire)– Accompagnement des organisations à la mise en place d’un système de management de l’énergie.
– Fournit une référence aux organisations pour les aider à réduire leur consommation d’énergie et les coûts associés
Directive européenne sur l’efficacité énergétique (DEE – obligataire)– Audit énergétique régulier obligatoire pour les grandes entreprises (plus de 250 salariés)
– Inspections périodiques de l’efficacité énergétique des installations de CVC (Chauffage, ventilation, climatisation)
Certificats d’économies d’énergie (CEE)– Obligation de réalisation d’économies d’énergies des fournisseurs d’énergie
– Promotion de l’efficacité énergétique auprès des consommateurs d’énergie : professionnels, collectivités et ménages

Si le management de l’énergie ne fait pas partie des priorités de votre organisation, la mise en conformité avec des dispositifs tels que ceux énumérés ci-dessus peut devenir une tâche lourde. Cependant, lorsque la gestion de l’énergie est clairement reconnue et appliquée, les exigences en matière de reporting pour maintenir la conformité sont considérablement plus faciles à respecter, ce qui permet de se concentrer sur les avantages supplémentaires liés à une bonne gestion de l’énergie.

Concrètement, comment avoir un meilleur management de votre consommation énergétique ?

Etape 1 – Gestion de la facturation

La gestion de l’énergie comprend de nombreux éléments, à commencer par le suivi des factures associées. Contrairement à presque toutes les autres factures d’une organisation, l’énergie n’est pas un produit pré-commandé, livré selon une quantité préalablement convenue. L’énergie est fournie au besoin, puis facturée rétrospectivement, souvent en fonction d’une valeur de consommation estimée. Les systèmes de facturation des fournisseurs de services publics sont fortement automatisés et ainsi, sujets aux erreurs. La première étape dans un meilleur management de l’énergie est donc de s’assurer que les factures sont collectées et examinées afin d’éviter les trop-payés.

Exemple : Lorsque nous avons examiné l’historique des factures de l’un de nos clients, nous avons trouvé une erreur de calcul dans les frais annexes appliqués à leur facture pour l’un de leurs plus grands sites. Non détectée au cours des 2,5 années précédentes, cette erreur avait entraîné une surcharge de près de 500 000 €.

Les petites organisations qui possèdent un ou deux sites gèrent souvent leurs dépenses énergétiques à l’aide d’un simple tableur. Toutefois, lorsque les profils de consommation évoluent et que l’entreprise possède de plus en plus d’infrastructures et de fournisseurs, une solution de base de données est préférable.

Dans les deux cas, une gestion efficace de l’énergie est obtenue grâce à un examen approfondi de la consommation historique, associé à un processus clairement documenté couvrant la collecte, l’examen et l’utilisation continue des données.

Etape 2 – Analyse de la consommation de l’énergie

Une fois que les factures sont gérées efficacement et que la consommation historique est bien analysée, alors, le management global de l’énergie peut commencer. Une fois que vous avez compris la quantité d’énergie généralement consommée, vous pouvez fixer des objectifs pour réduire cette consommation et utiliser les données entrantes pour rendre compte des progrès réalisés par rapport à ces objectifs.

Cependant, la réduction de la consommation ne se fait pas sans effort. Ainsi, comprendre où, pourquoi, et comment l’énergie est utilisée au sein de l’organisation est essentiel pour identifier les moyens de réduire cette consommation. Ceci est le plus souvent réalisé par une analyse des données de consommation, suivi d’un examen détaillé sur site des équipements consommateurs d’énergie, de leur utilisation et de leur contrôle. C’est ainsi que les opportunités de réduction de la consommation et d’amélioration de l’efficacité peuvent être identifiées.

Étape 3 : Améliorer son efficacité énergétique

Les opportunités pour améliorer son efficacité énergétique sont nombreuses et se répartissent généralement en deux catégories : les actions rapides à mettre en place et les projets d’investissement plus importants. Les mesures à effet rapide sont les plus faciles à mettre en œuvre et nécessitent souvent de simples ajustements des contrôles existants ou une modification des habitudes d’utilisation. Une fois ces premières actions réalisées, l’accent est mis sur les mesures qui nécessitent un investissement supplémentaire. Les actions d’amélioration de l’efficacité énergétique doivent générer un retour sur investissement net, pendant la durée de vie du produit installé.

Il est important de se rappeler que l’analyse des consommations énergétiques et des opportunités d’amélioration doit être répétée régulièrement, car les habitudes de consommation et le prix des installations sont en constante évolution.

Qui est responsable de la gestion de l’énergie ?

Comme pour la plupart des systèmes de gestion, le management de l’énergie est plus efficace lorsqu’il est assuré par un membre de l’équipe de direction. En effet, si les dirigeants ne sont pas impliqués dans la mise en œuvre d’une politique d’efficacité énergétique, ils n’embarqueront pas leurs collaborateurs avec eux dans cette démarche. Cela ne signifie pas qu’un cadre supérieur doit s’occuper à lui seul de la gestion de l’énergie, mais il doit y avoir un soutien et une supervision de l’ensemble de la direction.

Pour la plupart des organisations, la gestion de l’énergie n’est pas considérée comme une priorité, il est donc souvent impossible de disposer en interne des ressources qualifiées nécessaires. À cela s’ajoute la diversité des compétences requises pour couvrir tous les éléments d’une gestion efficace, du suivi et de la validation des factures aux audits sur site et à l’étude du marché des technologies émergentes.

Les organisations ayant plusieurs sites, ou dont la consommation et les dépenses énergétiques sont importantes sur un ou deux sites, peuvent choisir d’employer un gestionnaire de l’énergie dédié, mais un soutien supplémentaire sera sans doute requis pour couvrir certaines activités qui dépassent le champ d’action de leur ressource interne.

Il est également possible de sélectionner un partenaire externe pour assurer les activités de gestion de l’énergie, soit sous la forme d’un contrat autonome, soit dans le cadre d’un service plus important. Il y a bien sûr des avantages et des inconvénients à chaque approche, qui varieront en fonction des objectifs de l’entreprise et des résultats requis.

Alors, dans quelle mesure la gestion de l’énergie est-elle si importante ?

La consommation énergétique représente un élément inévitable des coûts de fonctionnement d’une organisation, mais plus encore, l’énergie est également un élément non négligeable de son empreinte carbone. Nous voyons de plus en plus de grandes organisations se pencher sur leur chaîne d’approvisionnement et exiger des preuves d’engagement de leurs fournisseurs. Afin de rester compétitives dans ce contexte, les organisations ne peuvent pas se permettre de fermer les yeux quant à leur consommation d’énergie.

Une bonne gestion de l’énergie peut donner des résultats très positifs pour l’entreprise : faciliter la conformité aux exigences législatives, réduire la consommation d’énergie, des dépenses et des émissions de carbone, renforcer la résilience, etc. Ces objectifs figurent en bonne place sur la liste des priorités de nombreuses organisations.

Aujourd’hui, la gestion de l’énergie va bien au-delà de la conformité législative et du coût. Nous devons tous avoir les bonnes bases – de données, de gestion de l’énergie et de reporting – si nous voulons réussir la transition vers une économie bas-carbone et atteindre l’objectif zéro émission nette.

Catégories

A propos d’EcoAct

Télécharger notre

Fiche descriptive

Découvrez dans cette fiche d’information l’importance d’un logiciel de pilotage adapté à votre organisation pour analyser et communiquer vos données environnementales afin de déterminer avec précision les scénarios de réduction d’émissions de GES. 

Vous pourriez aussi être intéressé par...

Carbon footprint environmental footprint
Actualités

COVID-19, urgence climatique et relance verte

La crise du COVID-19 a mis à nu notre manque de résilience globale. Outre la crise sanitaire, nous affrontons désormais une tempête économique sans précédent. Il est temps de tirer …