Science-based target : Définition des objectifs et d’un plan d’action de réduction des émissions pour le groupe pharmaceutique Servier

Étude de cas :
Servier
Le laboratoire pharmaceutique Servier a choisi EcoAct pour structurer sa démarche bas-carbone et faire valider ses objectifs de réduction d’émissions par la Science Based Target Initiative (SBTi), organisation internationale spécialisée dans les trajectoires de réduction d’émissions. Cette démarche s’inscrit pleinement dans la stratégie RSE du Groupe.

Empreinte carbone

Mesurer votre impact climatique.
Analyser votre empreinte carbone.

Science-based targets

Les Science-Based Targets (SBTs) sont des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre à la hauteur du défi climatique et en cohérence avec les préconisations scientifiques.

Les défis

rencontrés

EcoAct accompagne le groupe Servier depuis le début de la mise en place de sa stratégie bas-carbone. Le laboratoire pharmaceutique souhaitait accentuer son action dans la lutte contre le changement climatique et avait besoin de conseils dans la structuration de sa trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Emettant plus de 100 000t éqCO2 par an sur ses scopes 1 et 2, le groupe voulait obtenir une meilleure vision des bonnes pratiques du secteur en termes d’actions en faveur du climat, fixer des objectifs de réduction des émissions fondés sur la science (science-based targets – SBT) ainsi que définir un plan d’action robuste pour réduire ses émissions directes et indirectes (scopes 1, 2 et 3) tout en étant aligné sur l’accord de Paris.

Par la diversité de ses activités et le caractère international de sa chaîne d’approvisionnement, le réel défi était d’obtenir des données fiables pour pouvoir mesurer l’empreinte carbone du groupe afin de permettre à tous les sites, sur le moyen terme, de monitorer leur trajectoire de réduction des émissions de GES.

Servier est un laboratoire pharmaceutique international gouverné par une Fondation. Son siège se trouve en France à Suresnes. S’appuyant sur une solide implantation dans 150 pays et sur un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros en 2019, Servier emploie 22 000 personnes dans le monde. Totalement indépendant, le Groupe investit chaque année en moyenne 25 % de son chiffre d’affaires (hors activité générique) en Recherche et Développement et utilise tous ses bénéfices au profit de son développement. La croissance du Groupe repose sur un engagement constant dans cinq domaines d’excellence : les maladies cardiovasculaires, immuno-inflammatoires et neurodégénératives, les cancers et le diabète, ainsi que sur une activité dans les médicaments génériques de qualité. Servier propose également des solutions de e-santé en complément des médicaments.

"Nous sommes face à une urgence climatique et la contribution des entreprises est essentielle pour réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre. Chez Servier, nous sommes mobilisés. Avec l’aide d’EcoAct, nous avons mesuré notre empreinte carbone et défini une stratégie ambitieuse, dont le SBTi a confirmé la robustesse et la cohérence. Objectif, réduire nos émissions de 25 % d’ici 2030. Même si les contributions de certaines directions sont plus impactantes que d’autres, notre défi est d’impliquer toutes les équipes et chaque collaborateur et collaboratrice. "

Vincent Minvielle
Directeur RSE du Groupe Servier

Les solutions

apportées

La collaboration entre le groupe Servier et EcoAct s’est déroulée en plusieurs étapes afin de mettre en place concrètement la stratégie de réduction des émissions.

Pour commencer, nos experts ont réalisé une analyse comparative des stratégies climat des principaux concurrents de Servier afin de les positionner en fonction de quatre éléments : mesurer, réduire, compenser et communiquer. Ce benchmark, ainsi que le calcul de l’empreinte carbone des 3 scopes de Servier, nous ont permis d’organiser des ateliers thématiques afin d’identifier les actions de réduction existantes et celles qui pourraient être mises en place notamment sur cinq domaines : l’efficacité énergétique des sites, le choix des matières premières, la gestion des déchets, le packaging des produits et le transport de personnes et de marchandises.

Afin de suivre l’évolution des émissions, les experts EcoAct ont développé un outil qui permet de calculer l’empreinte carbone sur tous les scopes en consolidant les données des différents sites de production, des différentes activités du groupe ainsi que des fournisseurs. Grâce à cet outil, le groupe Servier est maintenant en mesure d’analyser en autonomie son impact carbone et ainsi de pouvoir détecter les points d’attention plus facilement.

L’analyse de l’empreinte carbone a permis au groupe de définir des objectifs ambitieux et réalisables afin de réduire leurs émissions tout en étant aligné sur l’accord de Paris pour limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 °C : les Science-based targets. La validation des objectifs de réduction par la SBTi est importante pour démontrer du réel engagement d’une organisation ; à ce jour, seulement 593 organisations ont reçu cette validation. Les objectifs de Servier ont été définis en cohérence avec les possibilités d’action avec deux axes majeurs :

L’empreinte carbone et les progrès annuels réalisés pour atteindre ces objectifs seront publiés régulièrement dans le rapport RSE du groupe.

Aujourd’hui le groupe Servier poursuit le déploiement de cette stratégie au sein de l’ensemble de ces directions et entités. Différentes actions sont mises en œuvre, pour mieux mesurer l’empreinte carbone du groupe et réduire cette dernière. Servier mise également sur le développement de l’écoconception pour atteindre ses objectifs.

Les résultats

  • Identification des actions de réduction possibles via des ateliers thématiques
  • Etablissement d’objectifs de réduction fondés sur la science
  • Validation par la SBTi de la trajectoire de réduction des émissions
  • Développement d’outils pour suivre son empreinte carbone en autonomie

Télécharger notre

Fiche descriptive

Afin d’atteindre zéro émission nette en 2050, la mobilisation massive des puits de carbone via des solutions fondées sur la nature est d’une importance primordiale. Parmi ces solutions, les écosystèmes côtiers, que sont les mangroves, les marais saumâtres et les herbiers marins, font figure de candidats exceptionnels pour la séquestration du carbone.

Le conseil d'expert

Commence ici.

Parlez à un expert aujourd'hui