Analyser le risque et l’impact de ses investissements sur le climat et sur la transition bas-carbone, en réponse et au-delà de l’article 173

Étude de cas :
Generali France
Generali France s’est appuyé sur l’expertise d’EcoAct afin d’analyser l’impact de ses portefeuilles sur le climat et sur la transition bas-carbone, et mesurer son exposition aux risques de transition.

Analyse des risques climatiques

La prise en compte du climat est un des enjeux les plus importants pour la résilien de chaque organisation. La gestion des risques climatiques représente l’assurance de se préparer au mieux au dérèglement climatique. Un rapport détaillé sur les risques physiques et de transition qui pèsent sur votre organisation vous permettra de déceler des opportunités économiques et de faire évoluer vos pratiques.

Conformité législative

Répondre aux exigences.
Dépasser vos objectifs économiques.

Reporting RSE et développement durable

Il existe de nombreuses modalités de reporting et modes de communication sur le développement durable et le climat.

Le contexte

et les défis rencontrés.

Generali France, faisant partie d’un des principaux groupes mondiaux d’assurance et de services financiers, a récemment publié son rapport sur l’intégration des critères ESG-climat dans ses décisions d’investissement, en réponse à l’article 173-VI de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Celui-ci est intégré au rapport de développement durable 2019 de Generali France, chapitre des Investissements responsables. Generali France s’est appuyé sur l’expertise d’EcoAct afin d’analyser l’impact de ses portefeuilles sur le climat et sur la transition bas-carbone, et mesurer son exposition aux risques de transition. Un focus climat détaillant les résultats de ces analyses est également disponible.

Selon les estimations actuelles, les activités humaines auraient d’ores et déjà provoqué un réchauffement planétaire d’environ 1 °C au-dessus des niveaux préindustriels (IPCC SR15). Face à ce dérèglement climatique, qui menace fortement les systèmes humain et naturels, l’enjeu principal est d’assurer la transition du modèle socioéconomique actuel, fortement émetteur en gaz à effet de serre (GES), mais aussi exposé et vulnérable aux risques climatiques, vers un modèle décarboné et résilient.

Au cœur de l’allocation des capitaux, la sphère financière est appelée à jouer un double rôle dans cette transition.

    • Afin de rendre leurs investissements compatibles avec les objectifs de l’Accord de Paris, les acteurs financiers doivent d’abord mesurer et réduire l’impact climatique de leurs portefeuilles financiers, et contribuer davantage au financement des initiatives d’atténuation et d’adaptation.
    • Afin de protéger la valeur de leurs actifs sur le long terme, les acteurs financiers doivent également pleinement intégrer les enjeux liés aux risques et opportunités climatiques dans leurs processus d’analyse de risque et leurs processus de décision.

Face à l’urgence de l’action, et à la complexité des mécanismes de financement à l’œuvre, les acteurs financiers ont besoin d’un cadre règlementaire adapté favorisant la mobilisation du secteur, ainsi que d’informations et de méthodologies d’analyse fiables et transparentes.

L’engagement de Generali en faveur de la neutralité carbone

En tant qu’assureur responsable, Generali a pour vocation de s’engager auprès de ses émetteurs en faveur d’une société bas-carbone et d’une transition juste. Conscient des enjeux environnementaux et climatiques, l’assureur généraliste français a commencé à intégrer les enjeux de développement durable dans son offre, au départ sur le portefeuille d’actifs immobiliers, dès le début des années 2000.

Depuis 2018 et dans le cadre de sa Stratégie Climat, le Groupe Generali a adhéré à l’initiative mondiale d’engagement collaboratif Climate Action 100+, une initiative rassemblant plus de 300 investisseurs, et ciblant les 100 plus grands émetteurs de gaz à effet de serre. En 2020, le Groupe Generali a également rejoint le groupe international d’investisseurs engagés à assurer la transition de leur portefeuille d’investissements vers une neutralité carbone d’ici à 2050 : la Net-Zero Asset Owner Alliance.

Generali France a fait le choix d’identifier et de quantifier ses risques de transition afin de mieux les gérer, conformément aux recommandations des régulateurs financiers, tels que le Network for Greening the Financial System (NGFS), visant à assurer la stabilité du système financier. L’assureur vise également une pleine intégration des critères ESG-Climat dans sa politique d’investissement, en réponse aux obligations de l’article 173, mais aussi à la lumière des recommandations de la TCFD.

Generali France est une filiale du groupe Generali, l’un des principaux groupes mondiaux d’assurance et de services financiers, accompagnant 61 millions de clients dans 50 pays, avec 72 000 collaborateurs à travers le monde et un chiffre d’affaires (2019) de 69,7 milliards d’euros.
La création des Assicurazioni Generali Austro-Italiche, le 26 décembre 1831, a donné naissance aux premières assurances généralistes. La Compagnie doit d’ailleurs son nom, Generali, à cette caractéristique. Elle est la première à avoir proposé à ses clients une couverture multirisques.
Les premiers agents de l’Hexagone sont nommés en 1832 à Bordeaux, puis à Marseille en 1834. Le regroupement progressif des différentes filiales de Generali en France au fil des ans aboutit le 31 décembre 2006 à la création de l’entreprise unique Generali France. La France est actuellement le troisième marché du Groupe, après l’Italie et l’Allemagne.
L’entreprise propose des produits et des services qui couvrent tous les besoins : assurance dommages, épargne et protection sociale pour les particuliers, les entreprises ou encore les professionnels.

En savoir plus : https://www.generali.fr/entreprise/notre-expertise/notre-demarche/