Analyser le risque et l’impact de ses investissements sur le climat et sur la transition bas-carbone, en réponse et au-delà de l’article 173

Étude de cas : Generali France
Generali France s’est appuyé sur l’expertise d’EcoAct afin d’analyser l’impact de ses portefeuilles sur le climat et sur la transition bas-carbone, et mesurer son exposition aux risques de transition.

Le contexte et les défis rencontrés.

Generali France, faisant partie d’un des principaux groupes mondiaux d’assurance et de services financiers, a récemment publié son rapport sur l’intégration des critères ESG-climat dans ses décisions d’investissement, en réponse à l’article 173-VI de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Celui-ci est intégré au rapport de développement durable 2019 de Generali France, chapitre des Investissements responsables. Generali France s’est appuyé sur l’expertise d’EcoAct afin d’analyser l’impact de ses portefeuilles sur le climat et sur la transition bas-carbone, et mesurer son exposition aux risques de transition. Un focus climat détaillant les résultats de ces analyses est également disponible.

Selon les estimations actuelles, les activités humaines auraient d’ores et déjà provoqué un réchauffement planétaire d’environ 1 °C au-dessus des niveaux préindustriels (IPCC SR15). Face à ce dérèglement climatique, qui menace fortement les systèmes humain et naturels, l’enjeu principal est d’assurer la transition du modèle socioéconomique actuel, fortement émetteur en gaz à effet de serre (GES), mais aussi exposé et vulnérable aux risques climatiques, vers un modèle décarboné et résilient.

Au cœur de l’allocation des capitaux, la sphère financière est appelée à jouer un double rôle dans cette transition.

    • Afin de rendre leurs investissements compatibles avec les objectifs de l’Accord de Paris, les acteurs financiers doivent d’abord mesurer et réduire l’impact climatique de leurs portefeuilles financiers, et contribuer davantage au financement des initiatives d’atténuation et d’adaptation.
    • Afin de protéger la valeur de leurs actifs sur le long terme, les acteurs financiers doivent également pleinement intégrer les enjeux liés aux risques et opportunités climatiques dans leurs processus d’analyse de risque et leurs processus de décision.

Face à l’urgence de l’action, et à la complexité des mécanismes de financement à l’œuvre, les acteurs financiers ont besoin d’un cadre règlementaire adapté favorisant la mobilisation du secteur, ainsi que d’informations et de méthodologies d’analyse fiables et transparentes.

L’engagement de Generali en faveur de la neutralité carbone

En tant qu’assureur responsable, Generali a pour vocation de s’engager auprès de ses émetteurs en faveur d’une société bas-carbone et d’une transition juste. Conscient des enjeux environnementaux et climatiques, l’assureur généraliste français a commencé à intégrer les enjeux de développement durable dans son offre, au départ sur le portefeuille d’actifs immobiliers, dès le début des années 2000.

Depuis 2018 et dans le cadre de sa Stratégie Climat, le Groupe Generali a adhéré à l’initiative mondiale d’engagement collaboratif Climate Action 100+, une initiative rassemblant plus de 300 investisseurs, et ciblant les 100 plus grands émetteurs de gaz à effet de serre. En 2020, le Groupe Generali a également rejoint le groupe international d’investisseurs engagés à assurer la transition de leur portefeuille d’investissements vers une neutralité carbone d’ici à 2050 : la Net-Zero Asset Owner Alliance.

Generali France a fait le choix d’identifier et de quantifier ses risques de transition afin de mieux les gérer, conformément aux recommandations des régulateurs financiers, tels que le Network for Greening the Financial System (NGFS), visant à assurer la stabilité du système financier. L’assureur vise également une pleine intégration des critères ESG-Climat dans sa politique d’investissement, en réponse aux obligations de l’article 173, mais aussi à la lumière des recommandations de la TCFD.

Generali France est une filiale du groupe Generali, l’un des principaux groupes mondiaux d’assurance et de services financiers, accompagnant 61 millions de clients dans 50 pays, avec 72 000 collaborateurs à travers le monde et un chiffre d'affaires (2019) de 69,7 milliards d'euros.
La création des Assicurazioni Generali Austro-Italiche, le 26 décembre 1831, a donné naissance aux premières assurances généralistes. La Compagnie doit d’ailleurs son nom, Generali, à cette caractéristique. Elle est la première à avoir proposé à ses clients une couverture multirisques.
Les premiers agents de l’Hexagone sont nommés en 1832 à Bordeaux, puis à Marseille en 1834. Le regroupement progressif des différentes filiales de Generali en France au fil des ans aboutit le 31 décembre 2006 à la création de l’entreprise unique Generali France. La France est actuellement le troisième marché du Groupe, après l'Italie et l'Allemagne.
L’entreprise propose des produits et des services qui couvrent tous les besoins : assurance dommages, épargne et protection sociale pour les particuliers, les entreprises ou encore les professionnels.

En savoir plus : https://www.generali.fr/entreprise/notre-expertise/notre-demarche/

« La prise en compte du climat représente d’importants enjeux méthodologiques pour la gestion des risques et la gestion d’actifs. Dans une démarche de progrès continu en matière d’indicateurs de pilotage prospectifs et en tant qu’assureur, nous recherchons à gérer les risques induits par le changement climatique et à financer la transition et l’adaptation des entreprises pour contribuer à la neutralité carbone en 2050. EcoAct grâce à son expertise et ses outils nous guide pour identifier les actions prioritaires notamment en termes d’engagement actionnarial et ainsi révéler notre influence directe et notre impact concret pour une transition juste. Aussi, la collaboration avec EcoAct de 2020 nous aura marqués puisque la mission a pu être menée dans les meilleures conditions espérées pendant et malgré le confinement. »
Laurence Danesi
Head of portfolio implementation, Generali France

La solution apportée.

Pour répondre à l’article 173 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte sur l’intégration de critères ESG-Climat dans ses décisions d’investissement, Generali France s’est fait accompagner par EcoAct, qui a contribué à analyser l’impact de ses investissements sur le climat et sur la transition bas-carbone, l’alignement de son portefeuille, et les risques climatiques afférents. Par son ampleur et le recours à des méthodologies de pointe, cette mission va au-delà de la réponse règlementaire et favorise l’appropriation de solutions climat innovantes par les équipes de gestion de Generali France.

 

1. Empreinte carbone des portefeuilles d’actifs financiers et immobilier

Generali France a fait appel à EcoAct pour être guidé dans l’évaluation de l’empreinte carbone de ses portefeuilles d’actifs financiers et immobiliers. Comptabiliser les émissions d’un portefeuille grâce à l’analyse d’empreinte carbone est une étape centrale permettant de mesurer l’impact des investissements sur le climat.

Concrètement, l’analyse de l’impact carbone du portefeuille d’actions et d’obligations a été effectuée à l’aide de l’outil ClimFIT d’EcoAct, qui permet de mesurer les émissions de gaz à effet de serre directes et indirectes des émetteurs tout au long de leur chaîne de valeur, selon une méthodologie alignée sur les recommandations de la TCFD et sur les meilleures pratiques. Cette étude a permis d’analyser l’évolution de l’impact climatique du portefeuille d’investissements entre 2018 et 2019, et d’identifier les secteurs et émetteurs qui contribuent le plus significativement à cet impact.

L’évaluation de l’empreinte carbone des actifs immobiliers a suivi les standards du GHG Protocol, et permettra à Generali Real Estate de disposer d’une base de référence pour piloter son impact carbone année après année, au niveau de chaque actif et du portefeuille.

 

2. Alignement des portefeuilles d’investissements avec une trajectoire compatible avec les objectifs environnementaux de long terme

Afin d’évaluer l’alignement du portefeuille d’investissements sur une trajectoire cohérente avec les objectifs de l’Accord de Paris, EcoAct s’est appuyé sur trois des méthodologies développées par le SBT – Financial Institutions, apportant chacune un éclairage particulier :

          • Un état des lieux des entreprises du portefeuille ayant des objectifs de réduction bas-carbone fondés sur la science climatique (SBT)
          • L’analyse de l’alignement des entreprises du secteur de la production d’électricité avec les objectifs de l’Accord de Paris, selon la méthodologie de l’approche sectorielle (Sectorial Decarbonisation Approach) du SBTi, permettant de déterminer l’intensité carbone actuelle des actifs des secteurs sélectionnés, ainsi que la trajectoire de réduction des émissions à suivre à l’horizon 2030 pour le portefeuille de Generali France.
          • L’alignement des secteurs clés du portefeuille, grâce à l’outil open-source PACTA (Paris Agreement Capital Transition Assessment), développé par 2 Degrees Investing Initiative.

Ces outils méthodologiques sont présentés en détail dans l’article dédié disponible ici.

 

3. Calcul des parts verte et brune des portefeuilles financiers en lien avec la taxonomie européenne

Afin d’évaluer les contributions positive et négative de son portefeuille financier à la transition bas-carbone, EcoAct a également guidé Generali France dans l’évaluation des parts verte et brune de son portefeuille, au regard de la taxonomie verte européenne.

Pierre angulaire du Plan d’action pour la finance durable de la Commission européenne, la taxonomie européenne des activités durables[1] vise à mettre en place un référentiel commun permettant de s’accorder sur la définition des activités « vertes ».[2] La taxonomie définit les conditions (c’est-à-dire les critères et les seuils) selon lesquelles des activités peuvent être considérées comme durables (uniquement dans l’optique de l’atténuation et de l’adaptation au réchauffement climatique à ce jour).[3]

 

4. Exposition aux risques de transition d’un portefeuille d’actifs financiers 

Generali France, accompagné par EcoAct, a évalué l’exposition de son portefeuille d’actions et d’obligations d’entreprise au risque de transition.

Les risques de transition désignent les impacts (positifs ou négatifs) de la transition bas-carbone et résiliente sur l’activité d’un agent économique, à travers les mutations structurelles que cette organisation subit ou anticipe. Les acteurs financiers sont principalement exposés par l’intermédiaire de leurs portefeuilles de financements et d’investissements.

Afin d’étudier ce risque, l’approche d’EcoAct, réalisée sur le portefeuille d’actions et d’obligations d’entreprises de Generali France, a combiné trois types d’analyses :

            • Une analyse « macro » permettant de mesurer l’exposition du portefeuille aux secteurs jugés les plus sensibles à la transition.
            • Une analyse de type « screening » permettant d’identifier le niveau de préparation des entreprises du portefeuille face aux risques de transition
            • Enfin, une analyse « micro », détaillée ligne à ligne, a été réalisée sur les émetteurs du secteur de la production d’électricité, afin d’étudier de façon plus fine leur vulnérabilité face à deux risques de transition : le risque règlementaire (sensibilité aux évolutions du prix carbone) et le risque technologique.

Cette approche suit notamment les meilleures pratiques présentées dans le « Guide d’évaluation du risque climat dans les portefeuilles d’investissement » de la Fédération Française de l’Assurance, 2018.

[1] Rapport du TEG du 18 juin 2019, mis à jour le 20 mars 2020 : https://ec.europa.eu/info/publications/sustainable-finance-teg-taxonomy_en

[2] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52018DC0097&from=EN

[3] https://ec.europa.eu/info/publications/sustainable-finance-teg-taxonomy_en

Les résultats

  • Au niveau du portefeuille, cette étude a permis d’obtenir un état des lieux global de l’impact des investissements de Generali France sur le climat et sur la transition bas-carbone, et de mesurer son exposition au risque de transition.
  • Les résultats plus détaillés, au niveau du secteur ou de l’émetteur, pourront également permettre de piloter efficacement cet impact, et à terme de l’intégrer afin d’orienter la stratégie d’investissement.
  • Les résultats de l’étude, pris de façon croisée, permettent également à Generali France de nourrir sa stratégie d’engagement actionnarial, en fournissant des informations clés sur le niveau d’intégration des enjeux climatiques par les entreprises du portefeuille.
  • Cette collaboration a alimenté le rapport sur l’intégration des critères ESG-climat dans les décisions d’investissement de Generali France, qui est également intégré à son rapport de développement durable, dans le chapitre relatif aux investissements responsables.

Télécharger notre Fiche descriptive

« A to Zero » est un programme complet et modulaire qui couvre l’ensemble de la stratégie climat des entreprises afin d’atteindre l’objectif de zéro émission nette.

Télécharger maintenant

Toutes les demandes

Renseignez-vous en ligne

Contactez nous