Le nouveau rapport du GIEC et de l’IPBES appelle à une gestion intégrée du changement climatique et de la perte de biodiversité

This post is also available in: En (En)

Le nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) montre l’importance de protéger la biodiversité dans le cadre de la lutte contre le dérèglement climatique notamment en utilisant les solutions fondées sur la nature (NBS). L’équipe Recherche & innovation d’EcoAct a examiné les avantages d’aborder ces deux aspects ensemble.

New IPCC and IPBES report calls for integrated management of climate change and biodiversity

Si les questions relatives au climat et à la biodiversité ont longtemps été gérées séparément, on constate aujourd’hui un intérêt croissant pour le développement d’une gestion intégrée afin d’accélérer l’action des décideurs politiques et des organisations. Publié en juin 2021, le rapport « Biodiversité et changement climatique – résultats scientifiques » est la première collaboration entre des experts du GIEC et de l’IPBES, financée par les gouvernements du Royaume-Uni et de la Norvège. Il souligne que la perte de biodiversité et le changement climatique doivent être traités ensemble si nous voulons atteindre nos ambitions climatiques et environnementales mondiales.

Du développement durable à la lutte commune contre la perte de biodiversité et le dérèglement climatique

Depuis les années 1970, le développement durable suscite des préoccupations internationales, gravitant autour des enjeux du changement climatique et de la biodiversité. Dans le rapport Brundtland (1987), il était décrit comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Cette approche macroscopique avait pour ambition de flécher la croissance vers un avenir résilient pour tous.

Néanmoins, aujourd’hui, d’énormes écarts subsistent entre la théorie et le monde réel. Les émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère augmentent, tandis que la biodiversité s’effondre. Ces deux sujets environnementaux ont longtemps été gérés séparément, ce qui a eu un impact négatif sur l’un et l’autre. Ce rapport pourrait marquer un tournant en permettant d’aborder les deux sujets ensemble avec plus d’efficacité.  Il démontre la nécessité de fusionner ces défis, en citant de multiples facteurs tels que la pollution et le changement d’affectation des sols/de la mer qui ont un impact significatif sur le climat et la biodiversité.

New IPCC and IPBES report calls for integrated management of climate change and biodiversity

Figure 1 : Facteurs indirects et directs de la perte de biodiversité et du changement climatique dus aux activités humaines

Le GIEC et l’IPBES soulignent les avantages conjoints de l’action climatique et de la protection de la biodiversité

Selon le rapport, « la protection et la restauration des écosystèmes riches en carbone constituent la priorité absolue dans une perspective conjointe d’atténuation du changement climatique et de protection de la biodiversité ». Quatre piliers d’action sont identifiés comme étant essentiels pour accroître les avantages pour le climat et la nature :

  • Protéger : réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts couplée à la préservation de la biodiversité et la conservation des écosystèmes non forestiers riches en carbone sur terre et en mer, y compris les systèmes d’eau douce et les zones côtières ;
  • Restaurer : restauration des écosystèmes dégradés, tels que les zones humides qui sont des puits de carbone efficaces, des écosystèmes de prévention des inondations et des foyers de biodiversité ;
  • Gérer : valorisation des pratiques agricoles, forestières et de pêche respectueuses du climat et de la biodiversité, changements dans la consommation pour réduire la pression sur les terres, optimisation de la localisation des chaînes d’approvisionnement (environ 30 % des menaces pesant sur les espèces dans le monde sont liées au commerce international des produits de base) ;
  • Créer : verdissement urbain et soutien à la biodiversité pour réduire la consommation d’énergie et permettre aux villes de devenir des puits de carbone, possibilités d’atténuation sur les nouveaux habitats combinant des matériaux bas-carbone et des espaces pour la réintroduction de la biodiversité dans la ville, options d’atténuation combinant technologie et nature.

La combinaison des actions positives pour le climat et la biodiversité montre qu’elle peut aboutir à l’atténuation du dérèglement climatique ainsi qu’à l’adaptation et à la protection de la biodiversité en tant que services écosystémiques.

Vers une vision du cycle de vie de l’atténuation du changement climatique

Bien que certaines actions soient bénéfiques pour le climat et la nature, il est faux d’extrapoler les résultats en affirmant que toutes les actions d’atténuation améliorent les services écosystémiques et vice-versa. Le GIEC et l’IPBES préviennent clairement que la réduction des émissions peut parfois contribuer à l’effondrement de la biodiversité :

  • Le reboisement et le boisement mal gérés : le reboisement et le boisement sont considérés comme des options d’atténuation du changement climatique relativement rentables. Toutefois, si elles sont mal gérées, elles peuvent également favoriser l’utilisation des forêts plantées comme sources de bioénergie, ayant ainsi des effets néfastes sur le stockage du carbone, le bilan hydrique, la biodiversité et la sécurité alimentaire des écosystèmes existants. C’est pourquoi les normes internationales sont essentielles pour gérer efficacement les projets de boisement et de reboisement.
  • L’énergie solaire et le changement d’affectation des sols : les centrales solaires à grande échelle nécessitent des terrains, ce qui peut impliquer le défrichement ou la conversion de terres autrement gérées, limitant ainsi la biodiversité.
  • L’énergie éolienne et la migration des espèces : les éoliennes terrestres peuvent interférer avec les oiseaux migrateurs ou en vol ainsi qu’avec les chauves-souris, avec des taux de mortalité qui peuvent être d’une ampleur similaire à ceux causés par d’autres infrastructures humaines (industrie, voitures).
  • L’hydroélectricité et la modification des écosystèmes : la construction de barrages pour le stockage de l’eau douce et la création d’hydroélectricité modifie les habitats de tous les organismes d’eau douce et bloque la migration des poissons, ce qui entraîne la contraction des aires de répartition et le déclin des populations.
  • Impact des minéraux rares et critiques sur les écosystèmes marins : compte tenu de la demande croissante de métaux rares et critiques pour les produits technologiques bas-carbone, l’exploitation minière en eaux profondes a suscité des inquiétudes quant à son impact sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes, dans un domaine qui est largement sous-étudié.

 

GIEC IPBES report

Figure 2 : Diagramme représentant les effets positifs et négatifs des actions visant à atténuer le changement climatique sur les actions visant à atténuer la perte de biodiversité (en haut), et des actions visant à atténuer la perte de biodiversité sur les actions visant à atténuer le changement climatique (en bas).

Les lignes bleues représentent les effets positifs, tandis que les lignes oranges représentent les effets négatifs.

Cela montre que la grande majorité des actions impliquent des co-bénéfices positifs dans les deux sens. Les principaux avertissements concernent le boisement, la bioénergie, le BECCS (bioénergie avec captage et stockage de dioxyde de carbone) et l’hydroélectricité en tant qu’actions d’atténuation, avec le potentiel de nuire à la biodiversité (perte d’écosystèmes naturels, gestion des incendies, pression sur les écosystèmes). Néanmoins, les actions en faveur de la biodiversité ont presque toujours des effets bénéfiques sur le climat.

C’est pourquoi il est essentiel de mener des évaluations du cycle de vie des projets d’atténuation et des projets axés sur la biodiversité. Seule une approche multicritères permettra de garantir des co-bénéfices solides pour le climat et la nature. Connaître et reconnaître les compromis permettra une gestion intégrée intelligente pour une réduction optimale des émissions de gaz à effet de serre associée à la conservation de la biodiversité.

L’année de l’action climatique

Au niveau mondial, 2021 devrait être une année charnière pour le climat, avec l’organisation du congrès mondial de l’Union internationale pour la conservation de la nature en septembre (France), la COP15 sur la biodiversité en octobre (Chine) et la COP26 pour le climat en novembre (Royaume-Uni). Dans le secteur privé, les entreprises sont encouragées à combiner les questions relatives au climat et à la nature, et avec les objectifs fondés sur la science (SBT) pour la nature qui devraient arriver en 2022, c’est un premier pas vers des SBT intégrés pour tous les aspects de la nature comme la biodiversité, le climat, l’eau douce, la terre et l’océan.

Ce rapport démontre clairement qu’il est bien plus efficace de lutter conjointement contre la perte de biodiversité et le changement climatique plutôt que d’adopter l’approche historique cloisonnée. Le message est clair : la longévité de nos sociétés et de nos économies dépend de notre capacité à changer notre approche. Chez EcoAct, société du groupe Atos, nous espérons vivement que le rapport sera pris au sérieux et que ses lignes directrices seront intégrées dans les stratégies de résilience des entreprises et des gouvernements afin que les ambitions climatiques mondiales puissent être atteintes.

 

Catégories

Pour aller plus loin

Notre équipe dédiée aux Solutions fondées sur la nature aide les entreprises à soutenir et développer des projets climatiques en faveur de la biodiversité et des communautés.

A propos d’EcoAct

Télécharger notre

Fiche descriptive

« A to Zero » est un programme complet et modulaire qui couvre l’ensemble de la stratégie climat des entreprises afin d’atteindre l’objectif de zéro émission nette.

Vous pourriez aussi être intéressé par...

Nature-Based Solutions (NBS) team at EcoAct Environmental Consultants
Actualités

« Nature-based Solutions » : une nouvelle Business Unit transverse pour EcoAct

EcoAct a le plaisir d’annoncer la création d’une nouvelle entité transverse baptisée « Nature-based Solutions » (NBS, « Solutions fondées sur la Nature »), qui se concentrera sur les liens entre changements climatiques, écosystèmes et …
Actualités

Atos accélère la transition des entreprises vers zéro émission nette avec la première offre du marché à proposer un accompagnement de bout-en-bout

Atos mettra son expertise à disposition de ses clients au travers d’un Centre d’excellence mondial dédié à la transformation vers zéro émission nette, composé de 9 hubs répartis à travers …
Actualités

Comment fixer et atteindre un objectif fondé sur la science (SBT) en toute confiance ?

Que vous soyez à la recherche d’un mode d’emploi pour formuler un objectif de réduction d’émissions scientifiquement fondé (Science-based target, SBT) et atteignable, ou que vous cherchiez des astuces pour …
This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. You can find out more about which cookies we are using in our privacy policy.