Inondations : risques, impacts et recommandations pour les organisations

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Selon le dernier rapport du GIEC, le dérèglement climatique devrait entraîner une élévation du niveau de la mer et des précipitations de plus en plus fréquentes. Ces événements extrêmes viendront inévitablement augmenter le risque d’inondations côtières, fluviales et pluviales. Dans cet article, Victoria Naipal, Climatologue et Experte des risques climatiques chez EcoAct, retranscrit les dernières connaissances sur l’exposition des inondations dues au changement climatique, et partage ses recommandations pour s’y adapter et réduire leur impact. 

risque d'inondations

Comment le changement climatique augmente-t-il le risque d’inondations ? 

Le cas des inondations fluviales et pluviales 

Le nombre d’inondations a déjà augmenté au cours des dernières décennies. Actuellement, 58 millions de personnes sont déjà exposées aux crues des rivières dans le monde, dont plus de la moitié vivent en Asie¹. 

Le changement climatique affecte les inondations fluviales et pluviales de deux manières en augmentant : 

  • la fréquence des précipitations extrêmes, 
  • les événements de précipitations extrêmes « rares » : événements avec une période de retour élevée c’est-à-dire la durée moyenne au cours de laquelle l’événement est susceptible de se produire (ex : précipitations extrêmes avec une période de retour de 100 ans) entraînant des inondations pluviales et fluviales plus intenses (inondations avec une période de retour élevée, par exemple les inondations avec une période de retour de 100 ans) 

Publié en août 2021, le premier volet du dernier rapport du GIEC a démontré que la plupart des régions du monde pourraient être touchées par ce type d’inondations si l’on suit un scénario de réchauffement planétaire supérieur à 2 °C. Avec un réchauffement de 3 °C, 90 à 186 millions de personnes (scénario SSP5 – développement des énergies fossiles) ou 113 à 241 millions de personnes (scénarios SSP3 – rivalité régionale) pourraient être exposées à des inondations par les fleuves ou les cours d’eau. Parallèlement, la population mondiale exposée à des inondations fluviales extrêmes avec une période de retour de 100 ans devrait augmenter de 2,5 à 3 % d’ici à 2050 dans les scénarios supérieurs à 2 °C².    

nombre inondations dans le monde

 Nombre d’inondations entre 2014 et 2016 dans le Monde³ 

En Europe, les projections montrent une fiabilité élevée dans l’augmentation des précipitations extrêmes en hiver, au printemps et en automne (y compris dans les régions méditerranéennes). L’Europe devrait connaître la plus forte augmentation du risque d’inondation fluviale⁴. Les événements avec un pic de débit fluvial supérieur à une période de retour de 100 ans ont déjà augmenté de manière significative et continueront de s’intensifier, notamment en Europe occidentale et centrale.  

 

L’élévation du niveau de la mer et les inondations côtières   

À l’échelle mondiale, environ 148 millions de personnes vivant dans les zones côtières sont exposées à des risques d’inondations épisodiques. Le premier volet du dernier rapport du GIEC indique qu’il est extrêmement probable que le niveau moyen de la mer continue de s’élever sur tous les continents, ce qui augmentera le risque d’inondations côtières en cas de marées hautes, ainsi que l’impact des vagues et des tempêtes.   

L’élévation du niveau de la mer est un processus lent mais continu, qui pourrait entraîner une augmentation de 186 cm des niveaux d’eau extrêmes en Europe d’ici la fin du siècle dans le cadre d’un scénario business-as-usual (scénario climatique conduisant à un réchauffement de 3 à 4 degrés d’ici la fin du siècle).  En l’absence d’une meilleure protection des côtes, cette élévation du niveau de la mer augmentera la fréquence des inondations côtières extrêmes en Europe jusqu’à un facteur 1000 selon le lieu et le scénario climatique.    

Les projections mondiales montrent que dans un scénario business-as-usual, la zone mondiale submersible par les inondations côtières pourrait augmenter de 15 %, entraînant une augmentation de 17 % de la population exposée à ce risque. 

 

Impacts et coûts des inondations   

Les inondations peuvent entraîner de nombreux coûts liés aux dégâts matériels et humains, aux assurances et aux réparations.   

dommages annuels inondation
Dommages annuels attendus des inondations côtières en 2100 

Par exemple, on estime que les inondations côtières menacent environ 7,8 milliards de dollars de biens à l’échelle mondiale. Dans un scénario business-as-usual, l’élévation du niveau de la mer pourrait faire grimper ce chiffre à 11 mille milliards de dollars d’ici à 2050⁵. À l’heure actuelle, en Europe, les dommages annuels liés à une élévation extrême du niveau de la mer sont estimés à environ 1,25 milliard d’euros. Si l’on suit le scénario business-as-usual, les dommages pourraient atteindre 39 milliards d’euros d’ici le milieu du siècle⁶. 

Cependant, ces coûts pourraient être, en partie, évités grâce à des mesures d’atténuation et d’adaptation spécifiques aux inondations. 

 

Solutions d’adaptation et d’atténuation des inondations   

La gestion des inondations par l’adaptation et/ou l’atténuation est un moyen de prévenir ou de réduire le risque d’inondation. Plusieurs pays et organisations ont mis en place une stratégie de protection à plusieurs niveaux pour le développement de mesures d’adaptation et d’atténuation des inondations.    

Mesures de protection contre les inondations   

Il existe deux types de mesures de protection contre les inondations : celles définies comme « grises » et celles qui sont « basées sur la nature ».  

Les mesures de protection contre les inondations « grises » comprennent des travaux de construction tels que les digues, les levées, les canaux et les réservoirs.  

Les mesures de protection contre les inondations « fondées sur la nature » utilisent des alternatives naturelles pour ralentir l’avancée de l’eau, en fournissant notamment plus d’espace pour les eaux de crue (par exemple, ne pas construire dans les plaines inondables des rivières) et en plantant des arbres tels que les mangroves⁷ 

Même si les mesures de protection dites « grises » peuvent être efficaces à court terme, elles sont généralement très coûteuses, ont des coûts d’entretien élevés à long terme, et détruisent la biodiversité. Au contraire, les solutions naturelles prennent souvent plus de temps à être mises en œuvre, mais ont de nombreux co-bénéfices tels que l’augmentation de la biodiversité, l’amélioration la qualité de l’eau et la séquestration du carbone.     

 

L’aménagement du territoire à l’épreuve des inondations   

La protection contre les inondations comprend également l’imperméabilisation des structures existantes (à l’aide de matériaux imperméables), la surélévation des structures pour éviter les dégâts matériels, et le changement d’affectation des bâtiments, voire la relocalisation des structures dans une zone non inondable.   

 

La gestion des catastrophes naturelles 

Les systèmes d’alerte précoce sont une partie importante de la gestion des catastrophes naturelles. Elles comprennent la surveillance des inondations, la prévision, et les alertes précoces pour les populations locales. Un autre élément important de la gestion des inondations est le plan d’intervention d’urgence et un plan de continuité pour les entreprises. Les deux doivent être préparés à l’avance et examinés avec toutes les parties prenantes clés. 

Le risque d’inondation, ses dommages et ses coûts de protection ne doivent pas être sous-estimés à court et à moyen terme. Chaque organisation devrait être en mesure d’évaluer son risque actuel et futur d’inondation et savoir comment s’y adapter et l’atténuer. Il est également important non seulement de lutter contre les risques d’inondation au niveau organisationnel, mais aussi d’aider la communauté à devenir résiliente aux inondations en sensibilisant et en investissant dans des projets d’adaptation et d’atténuation des risques d’inondation aux niveaux local, régional et national. 

En tant qu’experts de l’adaptation et de l’atténuation du changement climatique, nous pouvons aider votre entreprise à se préparer aux futurs risques d’inondation. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus ! 

 

 

[1] Dottori et al. (2018) in Nature Climate Change

[2] Yukiko et al. (2021) in Scientific Reports

[3]  de Bruijn et al.(2019) in Scientific Data

[4] Alfieri et al. (2015) in Hydrology and Earth System Sciences

[5] Kirezci et al. (2020) in Scientific Reports

[6] Vousdoukas, M, I. et al. (2018) in Nature Climate Change

[7] EEA report (2016): Flood risks and environmental vulnerability

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Catégories

Vous pourriez aussi être intéressé par...

La prise en compte des risques et opportunités liés au dérèglement climatique est essentielle pour assurer la pérennité et la résilience d'une organisation.

En complément d’une stratégie robuste de réduction d’émissions, chaque organisation doit se préparer aux risques climatiques potentiels en établissant une stratégie d’adaptation pour assurer sa résilience.

Notre équipe dédiée aux Solutions fondées sur la nature aide les entreprises à soutenir et développer des projets climatiques en faveur de la biodiversité et des communautés.

A propos d’EcoAct

Télécharger notre

fiche d'information

En parallèle d’une politique de réduction drastique des émissions de GES, chaque acteur doit se doter d’une stratégie de résilience et d’un plan d’adaptation au dérèglement climatique afin de pérenniser son activité.

  • Par quoi commencer pour s’adapter au dérèglement climatique ?
  • Comment repenser sa gouvernance des risques climat par rapport aux besoins d’adaptation ?
  • Quelles sont les étapes pour adapter son entreprise aux risques auxquels elle est exposée ?

 

Vous pourriez aussi être intéressé par...

Actualités

Adaptation : préparons-nous et vite !

En amont de la publication, très attendue dans le cadre du 6ème rapport d’évaluation scientifique du dérèglement climatique par le GIEC, du rapport de son Groupe de travail II intitulé …
Actualités

Urgence de l’adaptation : le rapport du groupe II du GIEC décrypté

Le 28 février dernier paraissait le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) axé sur les impacts, l’adaptation et la vulnérabilité au changement climatique. Ce rapport …
SafN
Actualités

Quelles solutions fondées sur la nature au service de la résilience des organisations au changement climatique ?

Ayant contribué, en partenariat avec LGI Consulting, à la publication du rapport sur l’offre des solutions fondées sur la nature pour l’adaptation au changement climatique (SafN) par l’ADEME, nous vous …
Suivez-nous ici :
© 2022 EcoAct.
Tous les droits sont réservés.
This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. You can find out more about which cookies we are using in our privacy policy.