COP 26 – Décryptage de la 1ère semaine

This post is also available in: En (En)

La première semaine de la COP 26 s’est conclue avec quelques engagements de bonne augure pour le climat mais un long chemin reste à faire pour faire de cet événement mondial pour le climat une vraie réussite.

cop26

Les États s’engagent vers zéro émission nette et les États-Unis se réaffirment en tant que leader climatique

 Parallèlement aux négociations de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), les États ont saisi l’occasion de la COP 26 pour annoncer des objectifs climatiques renforcés. Les objectifs de la Chine et de l’Inde, très attendus, ont été annoncés : la Chine s’engage à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2060 et l’Inde vise zéro émission nette d’ici à 2070. L’Australie, l’Arabie saoudite et le Nigéria se sont également engagés à atteindre zéro émission nette d’ici le milieu du siècle. Au total, 90 % des émissions du G20 sont désormais couvertes par un objectif zéro émission nette (seul le Mexique fait défaut), tout comme 1/3 des plus grandes entreprises du G20 en termes de revenus.

Par ailleurs, la première semaine de la COP 26 a été marquée par le retour des États-Unis au devant de la scène du climat. Le président Biden a lancé une coalition évocatrice, la First Mover Coalition, un partenariat entre le Bureau américain de l’envoyé spécial du président pour le climat, John Kerry, le Forum économique mondial et plus de 30 entreprises mondiales pour prendre des engagements d’investissement dans des technologies vertes innovantes.

 

Les coalitions multinationales volontaires supplantent les processus traditionnels de l’ONU

La première semaine de la COP 26 a été marquée par des engagements volontaires de grande envergure en marge des négociations de la CCNUCC. Trois engagements largement relayés par les médias ont été annoncés au cours de la première semaine :

– Un engagement mondial sur le méthane, lancé par l’UE et les États-Unis, visant à réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2020 et signé par plus de 100 pays. Le respect de cet engagement pourrait limiter le réchauffement de la planète de 0,2°C d’ici à 2050, à savoir que le potentiel de réchauffement planétaire du méthane (CH4) est 28 fois plus élevé que celui du CO2. Les émissions anthropiques de méthane proviennent de l’agriculture (élevage et riziculture), de l’extraction et du transport de combustibles fossiles (« émissions fugitives » dues à des fuites) et du traitement des déchets (provenant des décharges lors de la décomposition des matières organiques).

– Une promesse d’arrêter et d’inverser la déforestation d’ici à 2030, signée par plus de 100 dirigeants mondiaux, dont des pays couvrant environ 85 % des forêts de la planète. L’engagement comprend 19 milliards de dollars de fonds publics et privés pour restaurer les forêts dégradées et lutter contre les feux de forêt.

– Une déclaration du Royaume-Uni intitulée « Coal to Clean Power » (du charbon à l’énergie propre), qui vise à éliminer progressivement le charbon des sources d’énergie d’ici à 2030 pour les Etats les plus riches et 2040 pour le reste du monde. 77 pays et organisations s’y sont ralliés jusqu’à présent.

Malheureusement, les grands émetteurs sont absents des engagements qui les concernent le plus. Les trois principaux émetteurs de méthane – la Russie, la Chine et l’Inde – et les pays producteurs de charbon – les États-Unis, la Chine et l’Inde – n’ont pas encore signé les engagements relatifs au méthane et au passage du charbon à l’énergie propre.

 

Le secteur privé s’impose comme un catalyseur de l’action climatique

Un processus ascendant, dans lequel les entreprises font pression pour que les États prennent davantage de mesures, est en train de se développer. Suite à une lettre ouverte signée par plus de 700 entreprises – dont Atos – exhortant les dirigeants du G20 à prendre des mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, l’ensemble du G20 s’est engagé à mettre fin au financement international du charbon en 2021. De même, 408 entreprises et investisseurs ont signé une lettre ouverte au président Biden en faveur d’un objectif plus ambitieux en matière d’émissions de GES. Cet objectif – une réduction de 50 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux d’émissions de GES de 2005 – a été repris par les États-Unis lors de la COP 26.

Cette approche intervient dans un contexte où le secteur privé met de plus en plus en avant sa force de frappe pour financer la transition vers une économie décarbonée. La Glasgow Financial Alliance for Net Zero, lancée par Mark Carney et le Private Finance Hub de la COP 26 – en partenariat avec les Champions de l’action climatique de la CCNUCC, la campagne Race to Zero et la présidence de la COP 26 – a annoncé que le montant des capitaux engagés en faveur de zéro émission nette dépassait 130 000 milliards de dollars. Cela pourrait fournir 70 % du financement nécessaire pour atteindre l’objectif zéro émission nette.

 

Pourtant, le défi reste de taille : transformer les promesses en actions.

Une analyse publiée la semaine dernière par l’Agence internationale de l’énergie (IAE) montre que tous les engagements en matière de climat annoncés au cours de la première semaine de la COP 26 pourraient contribuer à limiter le réchauffement de la planète à +1,8 °C d’ici à 2100, s’ils étaient tenus intégralement et dans les délais.

Toutefois, ces annonces ne comptent guère si elles ne se traduisent pas par des mesures politiques claires. Un rapport de synthèse sur les CDN (Contributions déterminées au niveau national) de la CCNUCC publié le 4 novembre montre que les dernières soumissions de CDN[1] ne permettent en effet qu’une légère augmentation des réductions d’émissions de GES. Par rapport au niveau de 2010, la variation des émissions mondiales de GES serait de +13,7 % (contre +16 % dans le dernier rapport), ce qui est toujours incompatible avec la limitation de l’augmentation des températures mondiales à +1,5 °C. L’objectif de +1,5 °C implique une réduction de 45 % des émissions de GES par rapport à 2010 d’ici 2030 (-25 % pour un objectif de +2 °C).

Il est donc essentiel que les engagements soient dorénavant intégrés dans les CDN des pays par le biais d’actions politiques claires. Les progrès réalisés dans le cadre des CDN sont en effet la seule boussole permettant d’évaluer la réduction des émissions mondiales de GES.

 

Plus que quelques jours pour les négociations de la CCNUCC

Les négociations techniques se sont achevées et les questions en suspens ont été transmises aux ministres pour des arbitrages au cours de la deuxième semaine.

L’ordre du jour prévoit de trouver un accord sur la coopération internationale (article 6). Malgré une atmosphère constructive, les principaux points de friction restent ouverts, à savoir la transition du mécanisme de développement propre vers le mécanisme 6.4, et la conception d’une part des produits (prélèvement sur les transactions de l’article 6). En outre, des accords sur le nouveau cadre d’établissement des rapports – le cadre de transparence renforcé (article 13) – et la définition de calendriers communs pour les CDN (article 4.10) devraient être conclus. Affaire à suivre …

 

 

[1] 14 nouvelles soumissions ont été prises en compte du 25 octobre au 2 novembre : Argentine (suivi de la deuxième CDN soumise le 30 décembre 2020), Australie, Bahreïn, Brésil (lettre de soumission mise à jour), Tchad, Chine, Ghana, Irak, Japon (version complète faisant suite à la version intérimaire soumise le 12 octobre 2021), Nauru, Pakistan (version complète faisant suite à la version abrégée soumise le 12 octobre 2021), Saint-Kitts-et-Nevis, Arabie Saoudite et Ouzbékistan.

Catégories

Vous pourriez aussi être intéressé par...

La transition des énergies à forte intensité carbone vers des énergies renouvelables est en bonne voie. La législation, les mécanismes du marché et les demandes des consommateurs contribuent tous à la production accrue de technologies rentables et renouvelables. Pour les entreprises, l’achat d’énergie renouvelable est un élément de plus en plus important d’une stratégie énergétique solide et durable.

A propos d’EcoAct

Télécharger notre

Fiche descriptive

« A to Zero » est un programme complet et modulaire qui couvre l’ensemble de la stratégie climat des entreprises afin d’atteindre l’objectif de zéro émission nette.

Vous pourriez aussi être intéressé par...

COP 26 climate targets
Actualités

COP 26 : que peut-on en attendre ?

Repoussée d’un an en raison de la crise sanitaire, la COP 26 se tiendra finalement à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre, sous la présidence du Royaume-Uni en partenariat …
Actualités

Alerte rouge du GIEC : décryptage du 1er volet de son 6ème rapport d’évaluation

A moins de 100 jours de la COP 26 sur le climat, en plein été marqué par des inondations, sécheresses et incendies dévastateurs, a été publié le premier volet du …
This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. You can find out more about which cookies we are using in our privacy policy.