Tendances clés mondiales en matière d’environnement 2018

Publié 18th octobre 2018 par Sam Harris

 Tendances clés mondiales en matière d’environnement 2018

Au cours des dernières années, le contexte relatif à l’environnement durable et au levier de performance que représente le changement climatique à l’échelle mondiale est souvent insuffisamment pris en compte. Cet article vise à combler cette carence et à mettre l’accent sur les tendances encourageantes identifiées dans notre étude 2018 sur la performance des entreprises en matière de reporting environnemental.
Depuis quelques années, plus aucun article lié au développement durable ne fait l’impasse sur la question du changement climatique à l’échelle planétaire. S’il ne déroge pas à la règle, ce blog cherche toutefois à changer la donne en se concentrant sur les tendances prometteuses observées dans notre étude 2018, en matière de stratégie et de reporting environnemental des entreprises. En mettant en évidence l’incroyable capacité des humains – et de fait des organisations –  à s’adapter et au-delà, à en tirer un maximum de bénéfices.

Ainsi, notre étude s’intéresse non seulement à la manière dont les entreprises rendent compte de leur politique de développement durable mais elle propose également un nouvel éclairage sur la notion de « bonne pratique », en constante évolution.

Chaque année, dans la première phase de l’étude, nous actualisons les indicateurs utilisés pour mesurer la performance du reporting des entreprises. L’objectif est de garantir leur adéquation avec un certain nombre d’outils existants visant à l’amélioration continue des stratégies environnementales et la façon dont on en rend compte auprès des parties prenantes.
Les premiers indicateurs de cette étude annuelle permettent d’évaluer la performance des entreprises en matière de reporting environnemental tout en permettant de s’assurer de leur bonne connaissance et maitrise des outils existant, leur permettant ainsi d’améliorer leurs stratégies environnementales et, de surcroit, leurs rapports aux différentes parties prenantes.

Fort de notre expérience internationale dans ce domaine, nous proposons de mettre en perspective  la façon dont les entreprises, de plus en plus exposées au changement climatique, se sont saisies de ces outils pour transformer leurs engagements, et plus généralement, renforcer leur rôle sur la question planétaire du climat.

La deuxième édition de notre étude menée en France a identifié 4 tendances clés :

  1. Alors que l’ambition d’atteindre les Objectifs du Développement du Millénaire, préfigurant les Objectifs de Développement Durable, incombait strictement aux Gouvernements, les entreprises s’imposent de plus en plus comme des acteurs clés de leur implémentation. Il ressort de l’étude que près de 70% des entreprises se sont fixées comme objectif l’atteinte des ODD.
  2. Notre étude des indices IBEX35 et FTSE100 montre que le nombre d’entreprises utilisant des énergies renouvelables depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris est passé de 63% à 77% en seulement deux ans. Et, 87% et 90% pour les entreprises du DOW 30 et du CAC 40.
  3. De la même manière, l’utilisation de cadres de reporting pour rendre compte des questions environnementales est devenue une pratique courante dans tous les indices. En effet, 90% des entreprises du CAC40, 100% des entreprises IBEX35, et 87% des entreprises du DOW30 utilisent désormais des cadres reconnus pour communiquer sur la matérialité de leurs impacts externes. Il existe plusieurs outils reconnus à ce jour : CDSB, les directives du DEFRA, UN Global Compact et le Global Reporting Initiative.
  4. Ce niveau d’engagement accru est visible non seulement à travers l’adoption croissante des meilleures pratiques en matière de développement durable, mais aussi par la rapidité avec laquelle ces pratiques sont intégrées dans les stratégies des entreprises. L’exemple le plus frappant est l’alignement des entreprises sur les recommandations formulées par la TCFD depuis la publication de la version finale en juin 2017. En France, l’élan grandissant vis-à-vis des recommandations de la TCFD est soutenu par l’Article 173. Avec des engagements similaires dans les indices britanniques et espagnols, il est clair que les grandes entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, voient désormais le large éventail d’initiatives environnementales comme un moyen non seulement de contribuer à la poursuite de leurs activités, mais également d’améliorer leur réputation et leurs perspectives financières pour les années à venir.

Alors que le nombre d’outils et initiatives pour valoriser le développement durable a considérablement augmenté au cours des dernières années, à la fois en nombre et en ambition, notre étude montre qu’ils ont été jumelés à un objectif tout aussi ambitieux de la part des entreprises. Pour cette raison, cet article tient à saluer l’engagement de tous les acteurs impliqués dans la promotion et la mise en œuvre de pratiques durables dans le secteur privé. Leurs efforts continus ont placé l’environnement durable au premier plan des stratégies des entreprises, en l’intégrant de manière non seulement écologique, mais aussi stratégique.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les différentes tendances en matière de reporting environnemental identifiées à la fois au niveau mondial et au niveau de la France, veuillez cliquer ici.

Catégories

A propos d'EcoAct

En savoir plus sur nous

Télécharger notre Rapport

Dans notre dernier rapport, nous présentons les résultats de nos travaux sur les tendances en matière de reporting RSE au sein des plus grandes entreprises françaises du CAC 40.

Télécharger maintenant