Nos experts ont récemment assisté à une présentation, en avant-première, du Global Energy & CO2 Status Report, délivrée par Fatih Birol, Directeur exécutif de l’Agence International de l’Energie. Découvrez notre synthèse de ce rapport, en dix points clés sur les perspectives mondiales de la transition énergétique : 

Voici les 10 éléments clés à retenir : conseils sur les perspectives de l’énergie mondiale

1. Nous allons avoir besoin de beaucoup plus d’énergie

Selon les tendances actuelles, nous aurons besoin de 30% d’énergie supplémentaire d’ici 2040 pour répondre à la demande. Un tiers proviendra de l’Inde qui, selon l’AIE, ajoutera l’équivalent de l’UE à sa production d’électricité d’ici là. La Chine ajoutera pour sa part l’équivalent des États-Unis !

2. Les énergies renouvelables sont en plein essor

Les énergies renouvelables ont connu le taux de croissance le plus élevé de toutes les sources d’énergie en 2017 et les technologies renouvelables en général deviennent moins chères, l’énergie solaire étant actuellement la moins chère. Une autre réduction significative des coûts est attendue alors que la Chine continue de progresser à grand pas avec la production d’énergie renouvelable. Actuellement, 6 cellules photovoltaïques sur 10 sont produites en Chine. Cependant, des défis tels que l’intermittence des énergies renouvelables doivent encore être relevés.

3. Le paysage énergétique mondial est en train de changer

La Chine développe une stratégie énergétique incluant des solutions renouvelables ambitieuses et à grande échelle. La Russie reste l’acteur le plus important sur le marché du gaz, mais le rôle des États-Unis, du Canada et de l’Australie s’accélère à mesure que la demande d’exportations vers l’Asie augmente. Le commerce se déplace des pipelines de la Russie vers le GNL (gaz naturel liquéfié) transporté par bateau. En ce qui concerne l’énergie nucléaire, les infrastructures aux États-Unis et, dans une certaine mesure, en France vieillissent et il y a peu d’intérêt pour construire de nouvelles centrales ou prolonger leur durée de vie. La Chine devrait dépasser les Etats-Unis en tant que leader mondial dans le domaine des exportations de technologie nucléaire.

4. L’accès à l’électricité s’améliore

Assurer une énergie abordable, fiable et moderne pour tous est l’un des objectifs de développement durable, mais l’Afrique subsaharienne est en retard et les efforts devraient être redoublés, surtout si l’on considère le potentiel élevé d’énergie solaire et hydroélectrique.

5. L’AIE utilise un nouveau scénario de Développement Durable

Ce nouveau scénario pour déterminer les perspectives énergétiques mondiales «fournit une référence pour mesurer les progrès vers un avenir énergétique plus durable» en intégrant les trois Objectifs de Développement Durable les plus étroitement liés à l’énergie.

Ce nouveau scénario est essentiel dans la mesure où les émissions liées à l’énergie impactent la santé humaine et où la question de l’accès à l’énergie, est directement liée aux inégalités de richesse, de genre et d’éducation.

6. Il est de plus en plus important de rester au frais

La climatisation devrait être l’un des principaux moteurs de la demande future d’électricité, derrière la croissance industrielle, mais devant la croissance des véhicules électriques. Du fait du réchauffement climatique, de l’augmentation de la population mondiale et de l’amélioration du niveau de vie, l’exigence d’une climatisation énergivore augmentera énormément.

7. Le stockage est crucial

La question du stockage est cruciale pour faciliter l’adoption des énergies renouvelables. En effet, même si les coûts de ces technologies diminuent, il n’y a toujours pas de pénétration importante du marché. Pour ce faire, une capacité de stockage d’énergie considérablement plus importante est nécessaire.

8. Nous devons nous concentrer sur les bâtiments

L’efficacité énergétique doit se concentrer sur les bâtiments en raison de l’effet d’immobilisation à long terme de l’infrastructure. Des améliorations ont été apportées dans le secteur des bâtiments à l’échelle mondiale grâce à l’adoption et à l’application continues des codes de l’énergie du bâtiment et des normes d’efficacité. Pourtant, les progrès n’ont pas été assez rapides pour compenser la croissance et la demande croissante d’énergie des bâtiments.

9. Malgré les progrès, les carburants fossiles sont têtus

Dans les années 1980, à l’époque du rapport Brundtland, et avant que le changement climatique soit à l’avant-garde de la conscience publique, 83% de l’énergie mondiale était produite à partir de combustibles fossiles. Malgré l’évolution du paysage, en 2017, les combustibles fossiles représentaient encore 81% de l’approvisionnement énergétique.

10. Nous aurons besoin de plus d’énergie pour respecter l’Accord de Paris

Les tendances actuelles ne suffisent pas. Malgré un paysage changeant, la demande de pétrole devrait encore augmenter. La demande d’énergie a augmenté de 2,1% en 2017 et les carburants fossiles ont satisfait plus de 70% de cette croissance. Avec la croissance du transport maritime, du transport routier et de l’aviation, la demande mondiale devrait atteindre 105 millions de barils par jour.
Pour contenir l’augmentation des températures en dessous de 2°C, nous avons besoin de 580 millions de véhicules électriques de plus, de doubler l’efficacité énergétique et de tripler la capacité installée des panneaux solaires. Les politiques gouvernementales et internationales doivent jouer un rôle essentiel dans la mise en œuvre des changements nécessaires pour atteindre notre objectif collectif.

Avec 25% des émissions mondiales, la production d’énergie et de chaleur est aujourd’hui la première source d’émissions de gaz à effet de serre. Découvrez nos solutions sur-mesure pour bâtir votre stratégie et programme d’électricité verte ! 

Share This