En octobre 2016, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale adoptait le Carbon Offset and Reduction Scheme for International Aviation, pour stabiliser les émissions de gaz à effet liées au transport aérien, malgré la croissance du secteur. Comment les compagnies aériennes peuvent-elles s’y préparer ? Selon quel calendrier ? Quelles actions peuvent-elles mettre en place dès maintenant ?  Téléchargez notre guide pour tout comprendre du CORSIA et de ses implications.

L’empreinte carbone du transport aérien

L’aviation civile nationale et internationale représente aujourd’hui environ 2% des émissions mondiales de CO2. Un chiffre qui, dans les prochaines décennies, devrait encore augmenter, en raison de la croissance attendue du trafic aérien, estimée à environ 5% par an sur la période 2010-2030.

Face à cet enjeu, le 5 octobre 2016, à Montréal, les 191 pays membres de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) ont adopté la mise en œuvre du Carbon Offset and Reduction Scheme for International Aviation (CORSIA), avec pour objectif de permettre une croissance du secteur neutre en carbone à partir de 2020.

Comment fonctionne le CORSIA ?

Pour cela, les compagnies aériennes devront compenser la quantité d’émissions de gaz à effet de serre supérieure au niveau de 2020. Le CORSIA sera mis en place en deux temps, avec une première phase volontaire de 2021 à 2026, puis une seconde phase obligatoire de 2027 à 2035. La première phase ne concerne ainsi que les Etats volontaires, soit en août 2017, 72 États, représentant plus de 87,7% de l’activité aéronautique internationale. La seconde concerne l’ensemble des Etats, exceptés les Petits Etats Insulaires en développement, Pays les moins avancés, Pays en développement sans littoral, et les pays dont le trafic aérien représente moins de 0,5% du trafic international.

Que doivent faire les compagnies aériennes ?

Les enjeux liés à la mise en œuvre du CORSIA pour les compagnies aériennes sont de :

  • Monitorer leurs consommations de carburants et les émissions de CO2 associées ;
  • Reporter les émissions qui seront soumises à vérification par des organismes tiers ;
  • Mettre en place des mécanismes permettant de réduire les émissions de CO2, d’améliorer les performances opérationnelles et technologiques des activités du secteur ;
  • Progressivement intégrer le marché carbone en compensant les résiduelles par l’achats de crédits carbone.

Pour en savoir plus, télécharger notre guide sur le CORSIA :

Share This